Lorsque vous recherchez la location idéale à votre budget et que vous la trouvez, le seul obstacle restant est l’avis du propriétaire ou de l’agence face à votre dossier de location. En effet, il peut arriver que quelqu’un d’autre obtienne le logement que vous désirez. Dans ce cas, c’est un retour à la case départ…

Cela est souvent dû à un comparatif de dossiers des candidats par le propriétaire ou l’agence mandatée. Il est donc impératif de fournir un dossier complet mais aussi d’être bien informé sur ce qui le rend cohérent au yeux du bailleur.

Composer son dossier de candidat à la location

Pour discuter d’un éventuel bail de location avec un propriétaire ou une agence immobilière, vous vous verrez dans l’obligation de fournir une série de documents visant à assurer votre solvabilité et celle de votre garant : 

Mains de femme vérifiant des documents dans un dossier de location
  • Une photocopie d’une pièce d’identité en cours de validité, ainsi que celle du garant.
  • Pour une personne sous contrat de travail, une photocopie du contrat de travail ou une attestation de l’employeur désignant le poste et sa rémunération, la date d’entrée en fonction ou durée de période d’essai, ainsi que celui du garant. 
  • Les 3 derniers bulletins de salaires ainsi que ceux du garant.
  • L’avis d’imposition de l’année précédente ainsi que celui du garant.
  • La carte d’étudiant ou le certificat de scolarité pour l’année en cours concernant les étudiants.
  • Dans le cadre d’une précédente location, les 3 dernières quittances de loyer. A défaut, une attestation du précédent bailleur attestant de votre ponctualité financière.
  • Un justificatif de domicile

Il est conseillé de fournir le maximum de documents facultatifs. Cela peut être une attestation de vos droits aux APL (aide pour le logement)  si vous en avez les droits où la taxe foncière de votre caution s’il est propriétaire. Un dossier complet et cohérent est un atout pour ne pas voir la location de vos rêves vous échapper.

Attention : Il faut cependant rester prudent, un propriétaire ne peut vous demander de documents trop personnels. D’après la loi, il lui est interdit de vous demander d’attestations de bien tenue de votre compte bancaire ou d’absence de crédit ni de photocopie de relevé bancaire, de données médicales ou encore d’extrait de casier judiciaire.

Bien étudier son budget

Bien préparer votre dossier passe aussi par une bonne étude du budget. Il est important de savoir sur quelles offres il est possible de vous placer afin d’être cohérent auprès du bailleur. Car pour le convaincre de vous louer son bien, cela passe avant tout par des chiffres.

En France, pour assurer votre bonne foi financière auprès du propriétaire, le loyer ne doit pas excéder 30% de vos revenus. Même si en grandes métropoles il n’est pas grave de le dépasser, il est préférable de se fier à ce chiffre pour rassurer le bailleur. 

Il ne faut pas se limiter au prix du loyer, même si cela peut suffire à convaincre, il faut aussi se donner une marge de manœuvre. S’il est préférable pour votre bien être personnel de ne pas dépenser trop pour vous loger comparé à vos revenus, il l’est aussi pour votre propriétaire. C’est pourquoi il est important de bien se renseigner lorsque vous répondez à une offre sur les points suivants : 

  • Les charges locatives.
  • La facture de gaz.
  • La facture d’électricité.
  • La consommation d’eau.
  • La taxe d’habitation. (Due en automne si vous habitez le logement depuis le 1er janvier de l’année en cours)

Une fois toutes les informations dans vos mains, il n’y a plus qu’à les incorporer à la limite de 30% de votre budget. Le propriétaire vous verra alors capable de payer le loyer sans contrainte et mettra donc votre dossier en haut de la pile.

L’importance du garant dans un dossier de location 

La plupart des propriétaires exige un garant pour se prémunir de tout impayé. Plus clairement si vous ne pouvez plus payer votre loyer, c’est à la personne qui se porte caution pour vous de le faire. Une assurance réclamée souvent compréhensible quand on sait que les loyers impayés sont récurrents en France (plus de 15% sur la période de novembre 2019 à novembre 2020).

Symbole garant. Maison jouet rouge et monnaie sous parapluie.

Il n’est pourtant pas facile d’avoir un garant. Si en général c’est un membre de votre famille, il n’est pas donné à tout le monde d’avoir les revenus nécessaires pour l’être. Pour faire face à ce problème, il existe plusieurs solutions : 

La caution bancaire : Dans ce cadre, vous verserez une somme équivalente à plusieurs mois de loyer sur un compte dédié. En cas d’impayés, le propriétaire pourra y débiter la somme due. Certains frais bancaires peuvent être engendrés, il faut donc se renseigner auprès de son conseiller.

La caution Visale : L’organisme “action logement”, spécialisé dans le logement social, peut vous l’attribuer si vous y êtes éligible. En cas d’impayé actions logement versera le loyers au bailleur et vous rembourserez selon un échéancier fixé auprès d’eux.
Voici les conditions d’éligibilité :  

  • Avoir entre 18 et 30 ans.
  • Être en période d’essai.
  • Être un(e) salariée) de plus de 30 ans et/ou en mutation professionnelle et emménager dans les 6 mois qui suivent votre prise de poste, ou faire partie d’un ménage bénéficiant d’un accompagnement dans le cadre d’une intermédiation locative.
  • Faire l’objet d’une signature d’un bail mobilité.

Le garant payant : Ce service commercialisé par de nombreux assureurs à l’inconvénient d’être payant. Son montant est à la hauteur d’environ 3.5% du prix du loyer par mois. Pourtant il séduit de plus en plus de locataires puisqu’il est efficace au yeux des propriétaires et facilement accessible.  Contrairement à une caution bancaire qui exige d’avoir des fonds ou d’une caution Visale qui requiert de répondre à des critères précis.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne rien manquer de l'actualité immo !